Au sommet de Huashan

Lundi 25 avril, je pars au petit matin avec Alexandra pour Huashan, une des cinq montagnes sacrées de la Chine, située à l’est de Xi’an. À l’origine, elle faisait partie des trucs à faire quand j’étais à Xi’an, mais Huashan a mauvaise réputation : dangereuse, longue, difficile, et par manque d’organisation de ma part (étonnant ?) et aussi un peu par prudence, j’avais laissé tomber, en me disant que j’essayerais une autre montagne. Mais après avoir discuté avec Alexandra, Hatti et Mathy (la copine américaine), toutes m’ont dit que c’était pas si dangereux que ça et que c’était tout à fait faisable et que ça valait le coup. Si tôt dit, si tôt fait, nous voilà à la gare de Huashan. De la gare, il faut prendre un taxi pour aller au pied de la montagne, 20 kilomètres plus loin. De là, il y a deux possibilités de départ : soit en bus + téléphérique coté est et on est au premier sommet en 20 minutes, soit à pieds coté ouest, où on arrive au même sommet en 4 heures de marche. On laisse nos sacs en consignes coté est et on reprend un taxi pour aller coté ouest et pour la modique somme de 100 RMB, nous voilà au départ de Huashan.

Mise à jour du 21 juillet 2011 : ajout des vidéos au sommet de Huashan.

Entrée de Huashan, sur sur le pic Ouest

Le trajet est assez simple en fait : la première partie, c’est chemin pavé de 2/3 mètres de large, qui monte un peu mais ça reste tout à fait faisable. Après deux ou trois kilomètres de marche, on arrive aux premiers escaliers et c’est parti pour deux bonnes heures de montée d’escaliers dont certains sont longs longs longs. La pente est raide et du coup, on reste assez concentré sur le chemin et on ne profite pas trop du paysage pendant cette montée. Régulièrement le long du chemin, on trouve des stations de ravitaillement, boutiques qui vendent à manger et à boire et quelques chaises pour se reposer. On aperçoit aussi ici et là les traces de l’ancien chemin pour monter au sommet de Huashan, et on mesure mieux la réputation dangereuse que la montagne a.

 

Au vent, plateforme Nord

La montée reste assez calme, on croise des gens mais finalement peu par rapport à ce qu’on est habitué en Chine. Au bout de trois heures, on arrive enfin au sommet de cette montée, juste sous le pic Nord de la montagne, où c’est … blindé de monde. Il faut dire que le téléphérique arrive en fait juste ici. Le vent souffle fort en haut, le ciel est pas trop mal dégagé et on a une super vue sur le haut de Huashan. Le soleil commence à tirer un peu la gueule, il est déjà 16h30 et on ne sait pas trop si on peut encore trouver un lit pour se soir, ni où, ni combien de temps pour atteindre le premier endroit où dormir, du coup on continue la montée vers le sud, en direction des autres pics. En chemin, on essaie de demander des informations aux personnes qu’on croise pour savoir où on peut trouver des lits, sans trop de succès. On nous oriente un peu par défaut vers le sud, de toutes façons, on n’a pas trop le choix. Au bout d’une quinzaine de minutes, on croise les premières personnes occidentales depuis qu’on est sorti de la gare. C’est un couple d’une quarantaine d’années, on leur demande des infos sur les hôtels et ils confirment qu’il y en a bien vers le sud, à au moins une heure, une heure et demi de marche …

Cadenas vers l'hotel

Bon, on continue à monter, et les escaliers ne s’arrêtent toujours pas. Vers 17h30, on arrive enfin au premier bâtiment, qui est censé n’être qu’un restaurant. Par dépit on va quand même jeter un oeil, et ouf, ils font aussi hébergement. On s’arrête ici, je suis crevé et Alexandra ne peut plus aller loin non plus.

Après un repas bien mérité mais pas super bon, on prend quelques photos au coucher de soleil et à la tombé de la nuit. On aperçoit le chemin qui commence s’éclairer en contrebas : en fait, pas mal de gens montent pendant la nuit pour arriver au levée du soleil sur Huashan, à la lueur des quelques lampes tout au long et de lampes torches ou frontales, et ainsi éviter de payer l’hôtel tout en haut. On va se coucher assez tôt, on prévoit de se lever à 5h le lendemain pour aller voir le lever de soleil, mais le dortoir de 20 personnes est maintenant plein, et des chinois jouent aux cartes bruyamment en fumant des clopes juste à coté de nos lits… La nuit va être très difficile, Alexandra a en plus un espèce de rhume et elle dormira pas trop du coup.

 

Pic Est

On se lève donc vers 5h le 26 avril … et il a plu pendant la nuit. Le sol est un peu trempé, mais la pluie s’est heureusement arrêtée. On aura de la chance, elle ne reviendra pas, mais les nuages vont rester encore pas mal de temps accrochés aux pics. On repart vers 5h30 (première photo à 5h40 !), les gens n’ont pas arrêté d’arriver pendant la nuit et il y beaucoup plus de monde qu’hier soir. Les cuisses ont mal mais on arrive quand même pour voir le soleil déjà un peu levé juste sous le pic Est.

Vu depuis le pic Est

Bon, de toutes façons il y avait pleins de nuages et de brume, pas sûr qu’on aurait vu grand chose. On continue en remontant sur le pic Est via un escalier/échelle assez raide, et on arrive au bord du vide, avec une vue à couper le souffle. Il y a beaucoup de vent qui souffle par rafale, et les rubans rouges accrochés à la barrière sont souvent à l’horizontal. On marche le long de la crête, on prend pas mal de photo, les gens prennent pas mal de photos de nous aussi…

 

Chess Pavilion

Un peu plus bas, on suit un panneau pour arriver au “Blue Hawk Ridge” (ou un truc du genre ?), qui est un des anciens chemins qui est maintenant sécurisé et aussi, payant. Il mène au “Chess Pavilion”, un tout petit pavillon, au bout d’une falaise, avec rien autour… Très impressionnant, mais ça devait pas être très pratique pour jouer aux échecs…

 

\o/ au pic Sud

On recommence à remonter en direction du pic Sud, et on arrive à un autre ancien chemin (je me souviens plus du nom), lui aussi sécurisé et exploité. Je ne me lancerais pas là dedans, un peu par peur sans doutes, mais mon épaule est toujours assez douloureuse suite à ma chute de ski avant de partir, et du coup, j’ai moyen confiance en elle. Finalement, après une grosse demi-heure de marche depuis le pic Est, on arrive au pic Sud, le plus haut. La vue est très impressionnante, les falaises sont vraiment très très hautes tout autour de nous.

"Stairway to Heaven"

Il reste encore quelques pics à faire, mais cette fois ça descend, et on apprécie bien cette séance plus facile, les cuisses commençaient à avoir du mal. On se paie une super soupe instantanée un peu plus bas, on en rêvait depuis hier soir, pleine de sel, pleine d’eau, et finalement bien meilleure que ce que j’ai pu manger au “restaurant” hier soir. Le pic Ouest n’est plus très loin, et après avoir franchi le “Stairway to Heaven”, nous y voilà, il est 9h26.

Porteur (?!)

Sur le long (mais ô combien plus facile) chemin du retour, on croise plusieurs “porteurs” (la veille aussi), qui transportent pour les restaurants et les bâtiments en haut tout et n’importe quoi. On en a croisé avec 72 kilos sur l’épaule, un autre avec quatre poutres de quatre mètres de long, d’autres avec on ne sait quoi. Leur regard fixe un point situé à des années lumières sous les escaliers, leur respiration fait peur à entendre, mais ils avancent, marche par marche, encore moins vite que nous, mais est-ce vraiment comparable ? Certains ont la vingtaine, la plupart ont la quarantaine, certains paraissent avoir plus de soixante ans. Je n’ose pas imaginer le prix que ces gens sont payés pour faire ce travail.

Vu sur le pic Est, Sud et Ouest depuis le pic Nord

L’accès au pic Nord est déconcertant de facilité, sans doutes pour permettre aux gens qui font l’effort de prendre le téléphérique de pouvoir dire qu’ils sont montés sur Huashan. Au moins, on a une chouette vue sur toute la partie Sud de la montagne, là d’où nous revenons. Le temps passe, et Alexandra et moi devint prendre un train autour de midi et on redescend donc en téléphérique, fatigué mais heureux d’être monté sur cette montagne.

On arrive vers 12h15 à la gare de Huashan et Alexandra saute de justesse dans un train en direction de Xi’an tandis que j’attends une petite heure le mien pour aller à Zhengzhou. J’ai mal aux cuisses.



Videos

This entry was posted in Voyage and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Au sommet de Huashan

  1. Clairottte says:

    Ah, la vraie barbe de roots!!! Merci pour tes aventures…
    A bientôt biz

Comments are closed.