Bricolage à Sanmaeul

École au petit matin

Pour les trois dernières semaines de juillet, je suis parti  pour WWOOFer au lycée alternatif Sanmaeul, sur l’île de Ganghwa au nord-ouest de Seoul. J’avais rencontré lors de mon séjour à Jangheung le principal du lycée, qui était venu chercher des plants de riz pour planter à l’école. En me voyant conduire à la perfection le tracteur de Han et avec quel professionnalisme je labourais la rizière, il m’a tout de suite donné sa carte de visite (la fameuse carte de visite Coréenne) en me disant que j’étais le bienvenue à son lycée et tout (je me souviens surtout de lui parce qu’on a mangé une super soupe froide de poisson au repas du midi, super bonne, mais aussi super épicée, et que j’avais jamais vu quelqu’un transpiré autant du visage en mangeant 😐 ).

Bref, du coup le 14 juillet (woot, fête nationale), après une heure et demi de bus (quand même) en sortant de Seoul plus une vingtaine de minute de voiture pour relier le terminal de bus au lycée, j’arrive sous la pluie (encore) et on m’a rapidement fait faire le tour de l’école. Ça ressemble en fait à un tout petit village, composé de petites maisons faites en grande partie en matériaux naturels (bois, terre, pierre, principalement) qui servent de salles de classe et d’autres qui servent de salles de séminaires, audiovisuelles, art-plastique, informatique, etc. Il y a aussi une grande salle à manger qui peut servir pour des conférences, un petit terrain de foot en terre battue, une serre en plastique qui sert de mini-gymnase, des un ou deux préfabriqués qui servent de débarras pour les outils et de salle de musique, un grand jardin cultivé par les élèves, et un peu à l’écart, séparé par les champs de riz, on trouve les dortoirs des élèves. C’est chaleureux, simple mais joli, et organisé de manière confortable.

C’est donc un lycée “alternatif”, qui cherche à donner une autre forme d’éducation aux élèves. En fait, en Corée, le lycée est un moment qui a l’air assez (voir très) difficile : les élèves ont sont en cours de 7 heure à 22 heure, en partie au lycée, en partie en cours additionnels le soir. Les universités sont payantes (chères) et ont un concours d’entrée d’autant plus dur que l’université est réputée. Et la réputation joue un rôle très important dans la culture coréenne : si quelqu’un sort d’une université de “seconde zone”, il ne pourra sans doute pas prétendre à avoir un super emploi dans une grosse compagnie, n’aura peut-être pas beaucoup de possibilité d’évolution, et même au sein de la société, il sera classé comme étant de “seconde zone” (c’est même pas la peine de penser à rencontrer une fille d’une “meilleure” université par exemple). Bref, du coup, le lycée est dur, les parents inscrivent leurs enfants à des cours supplémentaires pour qu’ils aient plus de chances (et aussi parce que les voisins le font, et ils voudraient pas passer pour des mauvais parents à ne pas le faire…). Sale temps pour être ado dans ce pays.

Donc, dans ce lycée, ils essayent de faire marcher les choses autrement. Parmi les choses que j’ai retenu, ils font travailler souvent les élèves sur l’aspect “vie en communauté” ou “vie dans le groupe” (dans un lycée normal, c’est un peu chacun pour sa pomme pour être le meilleur), avec des cours sur la vie en communauté et pas mal d’activités autour de ça. Par exemple, une fois par semaine, tout les élèves se réunissent dans le réfectoire pour discuter de ce qui s’est passé de bien, de mal, des problèmes qu’ils ont, etc.
C’est un lycée à tendance “bio” aussi, et ils ont des cours et des activités là dessus : il y a des clubs “agriculture” (ils vont s’occuper des champs de riz de l’école par exemple), ils ont un grand potager réparti entre les élèves et chacun y fait pousser des choux (pour faire du kimchi !), des tomates, du maïs, et d’autres trucs, ils recyclent leurs déchets et font de la réutilisation (que ça soit des toilettes au compost, en passant par un club de création d’objets à partir de matériaux recyclés)…
Un truc qui m’a particulièrement marqué, c’est que sur la petite dizaine de bâtiments qui servent de salles de classe, quasiment chacun ont un piano droit dedans ou un guitare, et du coup (?), beaucoup d’élèves font de la musique. D’une manière générale, ils ont plus d’activité artistique que dans un lycée normal, et ça se voit (ça dessine beaucoup, et je trouve ça pas mal ce qu’ils font).
Ils ont aussi des cours “normaux” (math, histoire, bio, philo, etc.), et sûrement pleins d’autres trucs dont je me rappelle pas là tout de suite.

Bon, tout ça avait l’air intéressant, sauf que je suis arrivé 3 jours avant que les élèves ne partent en vacance, du coup, je les ai pas trop côtoyés 🙁 En plus, je dormais pas directement sur le site de l’école, mais dans un bâtiment un peu plus loin dans la montagne, à environ une quinzaine de minutes de marche.

Festival de Poésie

Vu qu’il pleuvait pas mal quand je suis arrivé, on m’avait dit que mon programme allait être assez cool car comme on allait travaillé dehors, trop de pluie == pas de travail. Le lendemain matin de mon arrivé, vu qu’il avait plu toute la nuit, et qu’il pleuvait encore, je pars tranquillou pour l’école. Arrivé là bas, le prof de sport vient me voir et me dis “au fait, tu feras ta présentation aux élèves en début d’après-midi !” ?! Wut? J’étais pas vraiment prêt et me voilà après une grosse heure et demi de préparation à raconter qui je suis, ce que j’ai fais, des trucs sur la France (coup de bol, ma présentation était le 15 juillet, j’ai pu parler un peu de la Révolution Française), et tout, en anglais, à un par-terre de lycéens qui ont l’air assez fatigué (juste après le repas en plus… -_- ). J’ai quand même réussi à tenir une heure avec les questions/réponses (que de questions ! (ou pas…)). Merci à Guillaume pour m’avoir fait passé le lien du concert de K-POP à Paris, ça a eu l’air de les intéresser un peu 🙂

Le soir, il y avait un “festival” de poésie à l’école, quelques élèves et quelques professeurs se sont lancés pour lire des poèmes en Coréens, intercalés par des morceaux de musique joués par des élèves (guitares, violons & co, saxophone, etc.) J’ai pas capté grand chose à la poésie, mais c’était intéressant sur la forme. Si j’avais su j’aurais préparé un poème français 😮

Vacances o/

Après ça, pas grand chose. Le samedi matin après mon arrivé, j’ai aidé pendant une demi-heure à désherber une rizière (pieds nus dans la boue, que du bonheur) avant qu’il ne se remettent à pleuvoir. J’ai choppé ma première sangsue \o/ (qui est partie toute seule). Après, les élèves étaient occupés à finir leurs activités de fin de trimestre et de préparer leurs affaires pour le week-end et leurs vacances, et les profs à corriger les copies et enregistrer leurs notes… Le temps est redevenu correct le jour du départ en vacances, avec un super ciel bleu. La soirée s’est terminé aux restaurants (trois fois de suite) avec les profs et au karakoé. Visiblement, les profs étaient aussi content d’être en vacance… 🙂

\o/ Au sommet de Jingsangsan

J’ai profité qu’il fasse beau (et qu’il n’y ai toujours pas de travail…) pour aller faire un tour dans le coin. La mer est pas très loin de l’école (une grosse demi-heure à pieds), même si il n’y a pas vraiment de plage pour se baigner. La Corée du Nord n’est pas très loin non plus, et toute les côtes sont cerclées de grillage et surveiller par des soldats dans des case-mattes. La journée, il n’y a pas grand monde pour surveiller, le soir, ça grouille de patrouilles le long de la côte… Il y a une “grosse” colline pas très loin de l’école, appelée Jingsangsan , qui surplombe du haut de ces 442 mètres les environs, j’en ai profité pour aller y faire un tour. Ça avait l’air un peu loin, mais en 3 heures, j’aurais fais l’aller retour et retourné à l’école…

Working camp et wondumak

Les élèves étant partis, l’école est libre pour d’autres activités. Une semaine après le départ des élèves, un working-camp est arrivé, composé d’un français, deux espagnols, une allemande, trois taiwanais, trois japonaises et cinq élèves coréens de Sanmaeul. Du coup, je me suis joins à eux. Le but était de construire deux wondumak, des abris traditionnels coréens, dessinés par le charpentier/architecte de l’école. Tout un programme était prévu, qui faisait plus ressembler le camp à une colonie à mon avis (mais bon, bref), avec pleins d’activités annexes à l’extérieur (rando, vélo, découverte, etc.) et quelques trucs d’intérieur (jeux, arts traditionnels Coréens, etc.), mais le mauvais temps qui est revenu aura raison de ce planning. On aura fait pas mal de choses malgré tout : visite d’un observatoire de la Corée du Nord, visite d’un temple près de l’école, fabrication de masques et d’éventails Coréens, jeux traditionnels Coréens, découverte de la culture Coréenne, etc., mais on aura pas trop avancé sur le wondumak, dont on en fera qu’un seul au final, et une version assez édulcoré par rapport au plan initial.

Trois soirs pendant le camp, on aura droit à un repas traditionnel des pays des participants au camp. On a donc eu droit au fameux repas “allemand-taiwanais-français” (fameux mélange), et j’aurais la joie de faire une cinquantaine de crêpes : c’est décidément le plus passe-partout dans ce pays (le seul four que j’ai vu dans une cuisine ici était chez … une française qui vit en Corée…)

Spectacle de magie au jjimjilbang

Le week-end était un peu “libre” (il fallait décider de ce que le groupe voulait faire), et pendant que j’aidais avec des autres gars à avancer le projet, les autres sont partis faire du shopping à Seoul (trop bien !) et on les a rejoins en fin de journée dans un énorme Jjimjilbang de la capitale. En plus de servir à dormir pour les gens qui voyagent avec un budget serré, c’est aussi un endroit pour les familles de passer un bon moment : après les bains et saunas (qui sont séparés hommes/femmes), on enfile notre “pyjama” qui nous ait donné à l’entrée, et on peut se retrouver à un étage particulier pour se relaxer dans d’autres saunas (habillé cette fois), manger un bout, regarder un film ou la télé, ou voir un spectacle (en l’occurrence, il y avait un spectacle de magie se jour là…) Ça fait partie de la culture Coréenne 🙂

Bref, c’était rigolo, je me sentais pas trop à ma place là (ça paraissait plus tourné pour les 15-20 ans (qu’est-ce que je suis vieux ;'( )) mais j’aurais rencontré des gens sympa et on aura quand même construit un splendide bâtiment 😮

Mon expérience WWOOFin n’aura pas été très efficace, mais le cadre était agréable, et au delà des gens du camp, j’ai bien apprécié les profs et les élèves de l’école. J’aurais peut-être l’occasion d’y revenir (si il y a du boulot cette fois !) …


This entry was posted in Voyage and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Bricolage à Sanmaeul

  1. Guillaume says:

    y a pas d’quoi ^^
    dommage que y ait pas eu de batterie, t’aurais pu leur montrer des trucs 😀

    • Jon says:

      En fait, y’avait une batterie dans une salle à coté (j’ai oublié), mais pas grand monde pour jouer avec moi 🙁

Comments are closed.