Vers Zhangjiajie et au delà

Jingmen ↝ Gong’an ≈ 110km (13 avril)

Premières montagnes...

Premières montagnes…

En arrivant la veille au soir, j’ai tenté un lavage de vêtement dans la salle de bain de ma chambre, au petit matin rien n’avait séché 🙁 Pas super cool de repartir avec des vêtements à moitié humide, mais heureusement le temps à l’air un peu meilleur aujourd’hui, on voit presque le ciel bleu. Après un petit déjeuner rapido au bord de la route (quelques pains fris et un verre de lait de soja, miam), je repars en direction de la prochaine destination, Jingzhou et la traversé du Yangze !

Tout de suite après mon départ, je me fais dépasser par un motard bien chargé, qui s’arrête un peu plus loin pour me prendre en photo et discuter un peu, il voyage aussi en Chine, il est chinois, et je comprends pas vraiment ce qu’il raconte, il a un accent à couper au couteau 🙁 Je dépasse à peu près au même moment mes 666 kilomètres ! \m/ Pour la peine, je sors la musique et c’est reparti…

Un peu plus loin, je traverse une petite ville qui fait bien du bruit et j’arrive au beau milieu d’un feu d’artifice à 10h30 du matin, feu continu pendant les 15 minutes où je me suis arrêté, et ça avait l’air de durer depuis un moment avant que j’arrive et c’était pas fini quand je suis parti ! De l’autre coté de la route, à quelques mètres à peine de ce bazar, le petit hôpital du coin… Les patients ont dû apprécier !

Arrivé à Jingzhou, c’est un peu la fête : on est dimanche après-midi, et tout le monde est de sorti dans les parcs dehors, je ralenti un peu pour profiter du temps pas mauvais et de la vue, puis je monte tant bien que mal la digue pour tomber sur le Yangze qui se cache juste derrière : c’est large ! Il y a des gens en maillot de bain qui remonte par l’autre coté et effectivement, il y a des gens qui se baignent un peu plus loin. Ils partent un peu en amont, se laissent porter par le courant, puis ressortent un peu plus bas … Un peu plus loin, remontant l’eau pas franchement limpide de la rivière, des gros bateaux et des barges transportent des trucs et des machins vers quelques destinations…

Traversée du Yangze

Traversée du Yangze

J’arrive à trouver l’embarcadère pour traverser la rivière : il n’y a qu’un pont apparemment, et il est bien trop loin pour mes petites pattes, et puis prendre le bac pour traverser, c’est bien plus rigolo. Je vais pour acheter un ticket, et un des mecs du guichet me fait signe d’approcher. Je m’attends au pire, il tente de me dire quelque chose, je comprends pas grand chose, un mix entre “est-ce que tu as de l’argent pour payer” et “tu peux y aller gratuitement”, du coup c’est un peu confus -_- Finalement il me pousse (gentiment) presque pour que je partes sans prendre de ticket. Bon. Sur le bateau, chargé de moto et de voitures, je ne passe pas inaperçu, puis quelques dizaines de minutes plus tard, on se décroche, le remorqueur pousse la barge, et nous voilà en quelques minutes de plus de l’autre coté. C’était court, mais rigolo… Me voilà dans le sud de la Chine!

Gong’an ↝ Lixian ≈ 94km (14 avril)

J’ai passé la nuit dans un tout petit hôtel tout neuf à l’entrée de Gong’an, quelques dizaines de kilomètres après Jingzhou. Très propre, confortable, pas cher, la patronne m’a fait un super repas le soir pour une bouchée de pain. En partant je me dis que je serais bien resté plus longtemps !

Le temps est maussade, mais il ne pleut pas (encore) mais il fait gris. Au départ de Gong’an, je prends une route pas encore terminée, qui avait vraiment l’air d’être fermée mais que tout le monde prenait quand même (c’est la Chine hein), mais effectivement, elle n’était pas terminée et décidément, je ne vais pas pouvoir traverser la rivière sans le pont… Un petit détour et me revoilà sur la bonne route…

Campagne du Hunan

Campagne du Hunan

Après deux heures de vélo, je décide de prendre “un raccourci” : au lieu de suivre la grande route qui fait un détour par des moyennes villes, la carte me dit qu’il y a des passages entre les lacs et les rivières du coin, sur des petites routes. J’ai probablement pas vraiment gagné en temps ; en distance, même pas sûr. J’ai gagné des petites montées et des petites descentes entre les collines, des chemins sans rencontrer grand monde, des petits villages où les gens m’ont regardé avec des grands yeux, et des champs et des cultures, mélangés entre les bosquets et le sol décidément bien humide dans le coin…

Lixian ↝ Cili ≈ 95km (15 avril)

Il a plu cette nuit, et ça a l’air parti pour repleuvoir dans la journée. Mon vélo tire un peu la gueule ce matin, en arrivant à Shimen en fin de matinée, je lutte pour trouver et une banque (parce que je n’ai plus de sous) et un marchand de vélo, parce que j’ai la flemme de sortir ma toute petite pompe. Finalement, je comprends que je ne suis pas encore dans Shimen et que la vraie ville se trouve un peu plus loin sur la route, et effectivement, il y a un peu plus de vie là bas. Alors que j’allais trouver une boutique de cycliste, une voiture ralentie à mes côtés, la fenêtre s’ouvre et le conducteur commence à me parler en anglais tout en continuant sur la rue (avec un trafic un peu chargé quand même) :

– Hello!
– Hey…!
– Where are you from? (là on franchi le niveau 2 de la conversation en anglais)
– I’m from France!
– …
– …
– OK, follow me!
– Eh?

Bike shop à Shimen

Bike shop à Shimen

Finalement, j’ai réussi à comprendre qu’il avait une boutique de vélo … Giant (comme le mien, eh), et ça tombe bien, parce qu’ils ont une (bonne) pompe à vélo aussi. J’ai du coup droit à la séance photo, une journaliste du coin, ami du gérant parlant un peu plus anglais, on m’invite à prendre le déjeuner (pas mal !) Ils ont déjà reçu l’année d’avant un cycliste français qui passait par là. Sur les photos, son vélo à l’air encore plus chargé que le mien, mais il a l’air d’avoir plus de muscles quand même ! Au moment de partir, un autre gars arrive avec qui je pose pour la photo. Le gérant du magasin m’offre un fouloir anti-poussière, du coup cet autre gars se sens obligé de m’offrir quelque chose de mieux encore…! Je repars avec une nouvelle gourde rouge qui me sera bien utile dans les prochains jours !

Bien désolé de ne pas pouvoir m’accompagner en vélo (on est en plein milieu de semaine et les gens travaillent), malgré le fait que je leur dise que je suis OK aussi à faire du vélo tout seul (!), le gérant me précède en voiture jusqu’à l’embranchement à la sortie de la ville… Et là, c’est le début des montagnes, pour de vrai… Au loin, à travers la brume, elles apparaissent malgré tout, et ça va grimper sec…!

Cili ↝ Wulingyuan ≈ 85km (16 avril)

\o/

o/

Aujourd’hui, gros trajet : petite distance à faire, mais ma carte me dit que ça va grimper, et pas qu’un peu… Une demi-heure après mon départ, la bruine commence à tomber et ne me lâchera pas jusqu’à la fin de l’après-midi. La route commence gentiment, puis très vite, ça commence à monter, à monter, à monter, à monter. 1h30 sous la pluie, le froid et un peu de vent, ça fait réfléchir un peu… Je n’ai pas le profil de mon parcours exact, mais j’appréhende le reste après cette première grande montée… Vers midi, je passe le cap des 1000 kilomètres depuis mon départ ! Dommage que le brouillard soit bien installé parce que la vue a l’air vraiment chouette et quand l’air arrive à se dégager un peu, je suis malgré tout vraiment content d’être à cet endroit… Et puis finalement, la route se calme, et ça descend sans trop remonter, vive les routes qui suivent les rivières !

Me voilà arriver à Wulingyuan, et je vais “me reposer” un peu ici pendant quelques jours…!


This entry was posted in Voyage and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to Vers Zhangjiajie et au delà

  1. gl says:

    Courage mon bon jon !

    Et continue le recit autant que faire se peut. Avec des photos. Plein !

Comments are closed.